Destination Univers : Interview Anthony Boulanger

Afin que l’aventure Destination Univers se poursuive, les anthologistes sont allés chercher les auteurs sur leurs planètes respectives pour leur poser quelques questions.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Anthony Boulanger. Je suis âgé de 26 ans (au moment où je réponds à cette interview en tout cas !). J’ai commencé à écrire en 2005, avec un roman de fantasy, puis, suivant les conseils d’un auteur plus expérimenté, j’ai mis le pied au tout début 2007 dans le monde des appels à textes SFFF et ne l’ai pas quitté depuis.
J’ai publié pour la première fois dans le webzine des Songes du Crépuscule, de la science-fantasy, et j’ai eu la chance de travailler avec plusieurs autres équipes de web- et fanzines par la suite, jusqu’à ma première publication papier (La Descente aux Enfers d’Orphée et Eurydice aux Éditions Argemmios).
Plusieurs de mes textes tournant autour des thématiques écologiques et teintées de SFFF sont réunis dans le recueil Écosystématique de fin de monde aux Éditions Voy'[el].
J’écris principalement de la (science-)fantasy, même si le space opera prend de plus en plus de place dans mes textes. Au niveau format, je suis plus dans les nouvelles et les micronouvelles. J’ai touché un peu à la poésie.
Et pour finir, hors écriture, je suis chercheur en sciences environnementales.


Et le space op’, pour vous, ça se mange ?

Ça se dévore même, et à plusieurs sauces. Que ce soit par la littérature avec le cycle de Fondation d’Asimov ou H2G2 par exemple. Quand on me demande les œuvres de mon top 5, je cite systématiquement le cycle d’Ender de Card et surtout, Le Chant du Cosmos de Roland Wagner. C’est un livre que j’ai dû lire des dizaines de fois au bas mot, depuis que je l’ai trouvé plus jeune dans la bibliothèque de ma ville (et que je suis d’ailleurs en train de relire !).
Au niveau cinéma / télé, je citerai sans hésiter Star Wars, Stargate (film et séries) et Firefly, et après, beaucoup trop de jeux vidéo pour parler de tous (mais citons au moins Starcraft et Dark Star One).
Au niveau des ambiances de space op’, je consomme de tout, du western qui ne se prend pas au sérieux à des ambiances plus hard-SF.

Votre nouvelle, sa genèse, sa vie, votre œuvre ?

Dans Destination Univers, j’ai donc écrit Évaporation et Sublimation.
Lorsque j’ai eu vent de l’appel à textes, j’étais en pleine rédaction d’un projet de cosmogonie qui part du principe que « tout est oiseau », et qui va du Big Bang jusqu’à la formation des systèmes solaires et le développement de la vie sur plusieurs planètes. Ma nouvelle s’insère dans cet univers.
Je ne partais pas pour autant sans autre background que cette cosmogonie. C’est en effet un projet réfléchi depuis des années, et au sein duquel plusieurs nouvelles sont déjà écrites.
Pour Évaporation, j’avais envie de voir plus loin que ces textes, de m’attaquer à des évènements plus grands que ceux que j’avais pu décrire jusque là. C’est en particulier « les effets spéciaux illimités » qui ont été un bon déclencheur. Du coup, j’ai sorti l’artillerie lourde avec une sphère de Dyson, une galaxie colonisée, des étoiles qui volent et un ennemi hors-norme dans plusieurs sens du terme !
Il y avait un pari dans cette nouvelle par plusieurs côtés selon moi, à la fois par la structure du texte, plutôt déstructuré en vérité, mais également par les éléments cosmogoniques qui forment l’introduction de la nouvelle. Je parlais d’Ender plus haut, je me suis amusé à glisser une ou deux références également.
La rédaction à proprement parler s’est faite sans douleur. Les évènements et leur succession étaient clairement établis et les personnages ont tenu leur plan de vol !

Vos projets, pour finir ?

Il y a pas mal de choses à venir ou en attente ! Aux Éditions Argemmios tout d’abord, un recueil de nouvelles Phoenix, Alcyons et autres Oiseaux est en cours de retravail avec Nathalie Dau, et sera suivi d’un cycle de romans de fantasy. Un mini-recueil d’enquêtes policières est en bonne voie d’édition numérique (plus d’infos dans les jours à venir).
J’ai également un roman de dark-fantasy sous le coude, en recherche d’éditeur après un cycle CoCyclics, et qui s’intitule Les Reflets d’Earanë.

Publicités

A propos Grifouille

Mascotte de Griffe d'Encre et bombardée grand reporter pour ce blog, j'interviewe tous les bipèdes qui passent à ma portée.
Cet article, publié dans Chez Griffe d'Encre, Interviews, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s