5 ans après : Li-Cam (Ouvre-toi!)

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Li-Cam, auteure d’obédience fantastique, s’aventurant parfois sur les rivages du conte philosophique. J’écris depuis plus de vingt ans, mais je ne suis publiée que depuis une dizaine d’années seulement. Si j’ai mis si longtemps à franchir le cap de la publication, c’est parce j’écris dans un but précis, qui n’est pas la publication. Encore aujourd’hui, je garde pour moi une bonne part de mes travaux que je considère comme impubliables ou trop personnels.

 Comment t’est venue l’envie d’écrire ?

J’ai commencé à écrire dans un but thérapeutique, pour lutter contre un handicap d’ordre social. L’écrit me permet de comprendre mon environnement, et de me remette en perspective. Il me permet aussi de partager les émotions que j’ai du mal à manifester en raison de mon handicap. Avec le recul, je me rends compte que l’écriture me permet d’être présente au monde, même lorsque je m’absente dans mes contrées intérieures, c’est un point d’ancrage ou d’encrage  qui m’aide à lutter contre le repli sur soi causé par l’autisme de haut niveau de fonctionnement.

 Quel souvenir gardes-tu de ta première collaboration avec Griffe d’Encre ?

 Un très bon souvenir. Déjà la surprise que mon texte soit retenu puis rencontre un accueil si chaleureux de la part des lecteurs.  Je garde également un très bon souvenir des dédicaces de l’anthologie Ouvre-toi ! aux Imaginales. C’est à cette occasion que j’ai rencontré pour la première fois Menolly et Magali, ainsi que d’autres auteurs de chez Griffe d’Encre, qui sont aujourd’hui des amis. C’est assez émouvant de constater que par le biais de l’écrit, une activité somme toute très solitaire, j’ai été amené à faire autant de rencontres.

 Quelle est l’histoire derrière La Petite Fille au coeur de marbre ?

 Toujours la même… Non, je plaisante. Enfin pas tant que ça. La Petite Fille au cœur de marbre conte l’histoire de Clara qui vit enfermée dans une tour d’ivoire couleur ardoise et qui un jour comprend que le tonnerre qui gronde dehors n’est autre que le son de voix humaines… que les visages des monstres qui apparaissent quelque fois sur le plafond sont eux aussi humains comme elle. C’est un texte métaphorique sur l’angoisse et le désespoir de l’incommunicabilité… Cette nouvelle est assez sombre, mais finit sur un rayon de soleil.

 Quel est ton actualité artistique ?

Griffe d’Encre vient de sortir mon premier recueil de nouvelles : La Chimère aux ailes de feu. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de l’annoncer, mais ce recueil n’en est pas vraiment un, je le conçois plutôt comme une chimère de textes présentée sous la forme d’une anamorphose, une image étirée et déformée jusqu’à l’éclatement. La plupart des textes ont longtemps fait partie de ceux que je comptais garder dans mes tiroirs, car je les considérais comme trop personnels, jusqu’à ce qu’une idée vienne leur donner une autre portée. Le recueil conte les aventures de Virgo Sapriati, profileur à la brigade grande criminalité parisienne. Virgo n’est pas un profileur comme les autres, c’est un mutant qui possède le don de voir les émotions des autres sous forme d’hallucinations visuelles. Ce « pouvoir », si l’on peut dire, est un atout important dans son métier, lui permettant de résoudre des affaires difficiles.  Mais c’est un handicap dans sa vie privée, puisque son don le rend suspect aux yeux des autres. Au fur et à mesure des aventures, un autre personnage prend de l’épaisseur, un poète mutant lui aussi, nommé Jefferson di Nostradonna. Dans le futur assez proche du recueil, ce poète est un personnage omniprésent et presque omnipotent. La forme particulière de ce recueil à tiroirs me permet de m’interroger sur la relation de l’artiste à son œuvre et inversement, tout en rendant un hommage au « chevalier à la Triste Figure » de Cervantès… et en divertissant, enfin je l’espère … Le recueil est assez sombre mais comme souvent dans mes écrits, la lumière apparaît au bout du tunnel.  Un peu d’optimisme dans un monde qui a grand besoin de retrouver les bienfaits de l’utopie.

Li-Cam

Retrouvez-la sur son blog

Publicités

A propos Grifouille

Mascotte de Griffe d'Encre et bombardée grand reporter pour ce blog, j'interviewe tous les bipèdes qui passent à ma portée.
Cet article, publié dans 5 ans après, Chez Griffe d'Encre, Interviews, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 5 ans après : Li-Cam (Ouvre-toi!)

  1. Lucile dit :

    Li-Cam me donne furieusement envie de lire son recueil! (Et au passage, merci pour toutes ces interviews : excellente idée, et je m’en régale régulièrement! ^_^)

  2. Magali dit :

    Merci Lucile, et je te conseille aussi vivement le recueil 🙂

  3. marly dit :

    Ai croisé Li-cam et Laura sur le printemps du livre de Grenoble aujourd’hui, de très belles personnes…. Il faudra que je retourne vers leur univers . Griffe d’encre serait un bon moyen pour découvrir uniquement Li-cam (par exemple) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s