5 ans après : Nathalie Dau (Contes Myalgiques I & Ouvre-toi!)

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Plume française nourrie de mythes, de contes, de légendes, de folklore. Bien que m’exprimant à l’écrit, je me sens l’héritière de la tradition orale. Je revendique le droit à puiser dans le grand chaudron d’inspiration à la façon des anciens bardes, des aèdes d’autrefois, car rien n’est mort, poussiéreux ni figé. Tout vit, tout fait question, tout demeure d’actualité malgré les siècles écoulés.

Comment t’est venue l’envie d’écrire ?

Il ne s’agit pas d’envie mais de besoin élémentaire, en ce qui me concerne. Je m’abrite, je mange, je bois, je dors, j’écris et j’aime. Le reste, je peux m’en passer.

Quel souvenir gardes-tu de ta première collaboration avec Griffe d’Encre ?

Un traumatisme terrible ! La preuve : j’ai remis le couvert à plusieurs reprises 😉

Quelle est l’histoire derrière Le goût du miel parue dans Ouvre-toi ! ?

Comme souvent dans mes récits, je mets en scène, ici, une histoire dans laquelle il ne faut pas juger d’après les apparences. Une histoire sur la tolérance et l’amour, véritables remèdes aux souffrances du monde. Envie aussi de rappeler que les lynchages sont monstrueux, et que ceux qu’on désigne comme coupables ne sont pas toujours si criminels que ce que les gens, à force de se monter la tête entre eux, veulent bien l’imaginer. Dans la foule des braves gens en colère se cachent parfois de véritables sadiques. J’aime beaucoup la parabole de la femme adultère : « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre ». Si l’on prenait le temps de comprendre avant de sanctionner, et de balayer chacun devant sa porte, on se ferait moins de mal les uns aux autres.

Même question pour Les Contes Myalgiques I ?

J’y donne la parole à ceux qui ne l’ont pas souvent, ou qu’on écoute mal. On me dit féministe, mais ce n’est pas le cas. Je suis opposée à toute forme de domination et milite pour l’égalité de tous. Donc oui, je dénonce les violences physiques et morales inhérentes au patriarcat, mais aussi les méfaits de la société actuelle, avec sa logique marchande, source de gaspillage et de frustrations, et son refus des valeurs plus spirituelles, plus contemplatives, car jugées non « productives ». Dans mes histoires, je parle de la souffrance des gens mais aussi de la planète, en donnant la parole à ces génies du terroir que sont les fées et autres créatures réfugiées « de l’autre côté ».

Est-ce que devenir éditrice avec Argemmios a changé ta vision du métier d’auteur ?

Non, mais c’est probablement parce que je suis une éditrice atypique, comme nombre de micro-éditeurs qui, comme moi, refusent de considérer le livre comme un simple produit marchand. Et puis parce que j’ai suffisamment de conscience professionnelle pour n’avoir jamais infligé à aucun éditeur ce que je n’aime / n’aimerais pas que l’on m’inflige lorsque je suis moi-même en mode éditrice. Le respect que l’on donne et reçoit, ça n’est pas lié à la fonction que l’on occupe, mais à la personne que l’on est, que l’on veut être. Peu importe quelle étiquette on va me coller dessus à un instant t : je suis toujours moi et ne change pas de valeurs en cours de route.

Et la façon dont tu voyais les éditeurs?

Oui. Cela m’a confirmé que les contrats léonins étaient vraiment une injustice, qu’il y avait moyen de se montrer équitable, mais en même temps il faut faire très attention car la bonne volonté en la matière peut amener un éditeur trop gentil à se faire avoir, tous les auteurs n’étant pas des saints non plus.
En fait, en tant qu’éditrice, je me sers de mon expérience d’auteur pour appliquer à mes auteurs ce que j’ai trouvé de meilleur et de plus juste chez chacun des éditeurs avec lesquels j’ai travaillé (parce que globalement, j’ai quand même travaillé surtout avec des gens honnêtes, sympas et de bonne volonté). Bon, je n’ai pas encore trouvé la formule parfaite, mais j’y travaille. Chaque jour j’essaie de m’améliorer 😉

Quelle est ton actualité artistique ?

Le 12 avril 2012 paraît l’anthologie Chants de Totems, que j’ai co-dirigée, avec Hélène Pedot, pour les éditions Argemmios. Ensuite, j’aurai deux nouvelles publiées cette année : une dans Reines et Dragons, anthologie dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust pour le festival Imaginales et les éditions Mnémos, et l’autre dans une anthologie dont je ne connais pas encore le titre, mais qui est dirigée par David K. Nouvel et qui doit paraître dans le cadre du colloque sur l’Antiquité organisé par la Sorbonne en juin 2012. Et surtout la parution, le 21 septembre, de mon roman La Somme des Rêves, premier tome de mon cycle de Fantasy Le Livre de l’Énigme, aux éditions Asgard. Et ça, c’est une parution qui me rend folle de joie et d’angoisse en même temps, parce que ce livre-là, ce cycle-là, c’est celui qui compte le plus pour moi. 25 ans que je vis à moitié sur Terre et à moitié là-bas, avec ces personnages qu’il m’a fallu apprendre à connaître.

Et après ? Des nouvelles, peut-être, si je trouve le temps et l’inspiration pour répondre aux demandes qui me sont faites. La finalisation d’un ouvrage un peu particulier, un brin nostalgique, intitulé Tangram et qui est prévu pour 2013 aux éditions Rivière Blanche. L’anthologie Le Butin d’Odin à finir de diriger pour les éditions Argemmios. Et surtout, travailler aux suites de La Somme des Rêves !

Nathalie Dau

Publicités

A propos Grifouille

Mascotte de Griffe d'Encre et bombardée grand reporter pour ce blog, j'interviewe tous les bipèdes qui passent à ma portée.
Cet article, publié dans 5 ans après, Chez Griffe d'Encre, Interviews, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s